Publié le 01/02/2021 - 5 minutes de lecture

Bonjour MARCEL est fier de vous présenter une toute nouvelle rubrique, « Jeune et pas con », mettant en lumière de nombreux jeunes talentueux. Pour cette première interview, on a discuté avec Barbara Pravi, une chanteuse dont vous n’avez pas fini d’entendre parler.

Mise à jour du 1er février 2021 : Notre Little Marcel est un visionnaire, il vous promettait il y a presque un an qu’on entendrait parler de cette jeune femme talentueuse, et… La voilà choisie pour représenter la France à l’Eurovision 2021. Découvrez les questions que nous lui avions posé en mars 2020.

Salut Barbara !

Bonjour MARCEL !

Tu es née où et quand ?

Le 10 avril 1993 à Paris.

Comment es-tu arrivée dans le monde de la musique ?

Par un heureux hasard. J’ai écrit et produit une chanson et un clip, qui s’est fait immédiatement remarquer par le label dans lequel je suis encore. A l’époque, je pensais que signer en maison de disque, c’était un aboutissement. Avec le temps, j’ai compris que l’aboutissement, c’est quand tu sors un disque qui te ressemble. Et pour cela, ça demande souvent de laisser filer les années, de se construire, de se comprendre, de s’apprendre et de s’apprivoiser.

La chanson que tu as en tête en ce moment ?

« Lâchons prise » du groupe Terrenoire, sans cesse !

Parmi tes chansons, laquelle te rend la plus fière ?

« CHAIR », elle est sortie le 8 mars pour la journée internationale du droit des femmes. C’est le premier single de mon album à venir.

[En 2018 et l’an dernier, Barbara a aussi sorti une chanson à l’occasion de la journée internationale du droit des femmes. En 2018, elle a souhaité rendre hommage aux femmes en réadaptant le titre « Kid » d’Eddy de Pretto. L’an dernier, elle a fait un mash-up avec une de ses chansons, « Le Malamour », et un titre d’Orelsan, « Notes pour trop tard ».]

3 personnalités qui t’inspirent ?

Ma sœur, Clémence, kiné militaire, elle est mon ange gardien.

Ma mère, Iran, qui est mon modèle de naturel, de spontanéité et de détermination.

Plus généralement, mes amis proches : RaphaëlTheoVinchaElodieSandraBlondCarolinaCarmenJulesNova (je les regroupe en un seul prénom pour que ça fasse trois en tout !!).

C’est quoi le dernier texto que tu as reçu ?

« Tu t’es reposée un peu ? » de ma tante Ana.

T’en penses quoi de ta génération ?

Vaste question.

Je l’aime, je crois. J’aime sa parole libre, j’aime ses femmes qui s’assument, qui se posent des questions, qui revendiquent, qui ne ferment plus les yeux. J’aime ses hommes qui s’assument « plus féminins », ses femmes qui s’assument « plus masculines », bref, j’aime qu’il y ait de moins en moins de barrières et de préjugés entre sexes. J’aime sa liberté de parler de tout, même si cela fait qu’il y a à boire et à manger partout sur les réseaux sociaux et ailleurs.

J’aime son léger goût de révolte, j’aime ses prises de conscience écologiques, j’aime ses artistes qui prennent position.

En revanche, je n’aime pas qu’on détruise ses vieux monuments, et j’ai de plus en plus de mal à supporter ses tours de bétons. J’ai failli faire une attaque de panique sur le parvis de La Défense ce matin. J’ai aussi de plus en plus de mal avec l’envahissement des téléphones et autres trucs électroniques. Je n’ai pas la télé, pas internet (là je suis en partage de connexion par exemple !!) et si c’est déjà si terrifiant aujourd’hui, j’ai peur que les choses empirent.

C’est quoi l’appli que tu utilises le plus ?

J’utilise très peu d’applis… Instagram ? C’est la seule que j’ai !

Quels sont tes futurs projets ?

Terminer mon premier album, le sortir, l’accompagner d’une jolie tournée pour pouvoir rencontrer mon public. Et puis, voir où tout ça me mènera !

Tu te vois où dans 10 ans ?

A la campagne, dans une maison avec une baie vitrée, un jardin, une grande table en bois, une immense bibliothèque, un petit feu et un bureau pour écrire.

Un conseil à tous les jeunes qui voudraient se lancer dans la musique ?

Il faut beaucoup de courage, de patience, de conscience de soi, et de confiance en soi surtout, en ses valeurs, en sa place, en son essence. Ce sont des choses qui s’acquièrent avec le temps, l’expérience, les rencontres, parfois mauvaises, parfois merveilleuses.

Alors je dirais : ce n’est pas facile, c’est même super dur. Parce que c’est un métier qui touche directement au soi profond, à l’égo et à sa place dans l’existence. C’est : des remises en question, sans cesse, des doutes qui hantent, des peurs paniques parfois. Mais ce n’est pas impossible. Entourez-vous, entourons-nous de gens qui nous portent et nous inondent de leur bienveillance. Ne nous comparons pas les un.e.s aux autres, parce que le temps est à l’union je crois, dans tous les domaines, encore plus quand on voit l’état de notre planète. Ça ne nous laisse que peu de temps pour prendre conscience de la gravité des choses.

Aider les autres, porter les autres, croire en soi.

Photo : Julien Blanc

Tu feras quoi après avoir répondu à cette interview ?

J’irai faire une sieste de 19h30.

Et si la fin du monde est pour demain, tu fais quoi juste après cette interview ?

Je danse sur « Mourir sur scène » de Dalida.

Ton acrostiche MARCEL pour terminer 😉

Minuscule
Araignée
Rigolote
C’est
Elle
Là-bas !

Retrouvez Barbara Pravi sur Facebook , Instagram et sur son site internet.

LITTLE MARCEL

Thèmes associés